HONTE A EUX !

Lundi 18 Février, seconde réunion de notre communauté d’agglomération après avoir mis en place en Janvier son Président et pas moins de 11 Vice-Présidents.


Une élection écrite d’avance avec 7 communistes dont le président, 4 socialistes qui ne se lassent pas de se faire piétiner et une élue des Verts.

 

Des scores comme seuls les communistes savent encore en orchestrer avec des plébiscites qui auraient frisé 100% des suffrages (voir l’élection de leur président du parti M. Laurent élu avec 100% des voix) si notre groupe n’avait pas été présent.


Nous voudrions rappeler ici que le but d’une intercommunalité est de réaliser des économies sur les fonds publiques à travers une mutualisation des moyens.


Oubliant ces préceptes, les élus de la majorité socialo-communiste se sont votés sans vergogne un salaire appelé « indemnités » qui vient s’ajouter aux indemnités qu’ils perçoivent déjà en tant que maire ou en tant qu’adjoint dans leur commune respective, ce qui permet à certains de cumuler jusqu’à trois salaires.


Nous sommes loin du non cumul de mandats figurant dans le programme de la gauche.


Ainsi le président touchera 2750€ brut mensuels en plus de ses indemnités de maire. Chaque vice-président touchera 2200€ brut en plus de leur indemnité d’adjoint.


Certains exercent une activité professionnelle rémunérée et l’on se demande où ils trouvent le temps d’exercer leurs responsabilités et leurs devoirs.


Mais peut-être cela explique-t-il les nombreuses absences d’élus aux réunions et aux commissions qui à Choisy-le-Roi ont tendance à se résumer ces derniers temps à la seule présence des élus de l’opposition qui eux sont entièrement bénévoles et refuseront ces cumuls de salaires lors d’une prochaine alternance politique.


Nous avons d’ailleurs déjà commencé en étant le seul groupe politique à voter contre ces rémunérations indues lors de la réunion du 18 février.


HONTE A ELLE !


Nous ne pouvons passer sous silence et taire notre indignation face aux propos tenus par Mme Nadine Luc lors de son billet de groupe de Février. Nous n’avons jamais tenu de propos machistes ni proféré d’insultes sexistes envers qui que ce soit et les tribunaux en apporteront la preuve.

 

Si nous n’avons pas présenté de femme au conseil communautaire, c’est simplement parce que les deux seules femmes présentes de notre groupe lors de l’élection ne le désiraient pas ; la troisième étant absente.


Mme Luc ferait mieux de se concentrer sur sa mission d’adjointe à la sécurité de la ville et de ne pas manquer de réunion comme ce fut le cas encore mardi 19 février en expliquant qu’elle s’est trompée de lieu et que lorsqu’elle a voulu se rendre rue de la Darse, lieu de ladite réunion, elle a dû y renoncer, ne trouvant pas l’adresse.

 

Ce lieu a maintes fois été évoqué au conseil municipal, a été choisi par sa majorité comme lieu de la réunion et il est pitoyable de constater qu’une adjointe responsable de la sécurité et de la politique de la ville ne connaisse pas mieux celle-ci.


Nous n’avons pas besoin d’être sexiste Madame, comme vous le prétendez, pour que votre incompétence ne s’étale au grand jour.


Nous espérons cependant que cela ne soit pas un mauvais prélude à la campagne qui s’annonce comme ce fut le cas malheureusement par le passé de la part de votre groupe.


Tonino PANETTA, conseiller municipal, président du groupe UCA.