A l’Est, rien de nouveau

Nous voulons dire, vous l’aurez compris, à Choisy Le Roi, rien de nouveau.


Ce sont les débats du conseil municipal du 16 janvier concernant le budget de notre commune qui nous font penser à un rattachement de notre ville à ces contrées dont la politique passée ne cesse d’influencer la majorité municipale bien qu’elle prétende s’en être émancipée.


En effet dans ce budget il n’apparait pas la volonté claire et résolue de  répondre prioritairement aux vrais besoins de nos concitoyens à savoir,  l’emploi, la sécurité, le logement, la propreté de notre ville et la formation  de notre jeunesse, dont il faudra autre chose qu’un voyage par ci par là pour qu’elle trouve durablement sa place dans notre société.


Par contre, comme d’habitude, nous notons une augmentation des crédits pour les fêtes, la communication, les voyages et la vie internationale à travers les festivités  concernant le Vietnam, ce grand pays démocratique qui n’hésite pas à emprisonner tout journaliste osant critiquer le régime en place.


Nous passerons sur la diatribe et l’hommage rendu par Monsieur le Premier Adjoint au rôle éminent tenu par ses amis communistes durant cette période chérie à ses yeux. Ces festivités, qui ne devaient rien nous coûter et que nous chiffrons à 80 000 €, sinon plus, de l’aveu même du même premier adjoint coûteront 58 000 €.


Nous alertons depuis le début de notre mandat la majorité municipale sur les risques de dérapage concernant de nombreux faits d’incivilité. L’insécurité régnant sur la dalle commerciale du centre-ville, comme le prouve une bagarre  opposant les commerçants excédés à des groupes de jeunes, nécessite une prise à bras le corps de ces problèmes.


Nous aurions aimé que la majorité dégage un budget pour l’installation de caméras qui ont fait leurs preuves partout où elles sont installées. Malheureusement, pour la majorité municipale, la sécurité de toutes et de tous n’est pas une priorité.


Comment s’étonner que nous attendions toujours la venue de nouveaux commerces et de nouvelles entreprises dans la ZAC du port avec une telle publicité ?


Malgré le record de chômage de notre ville en constante augmentation (3 800 demandeurs d’emploi), la majorité ne désire pas changer sa politique et préfère subventionner des associations présidées pour la plupart par des membres de cette même majorité qui se refusent à voir l’échec de leur politique sanctionnée par les chiffres, qui eux ne mentent pas.

 

Nous constatons également que, malgré le changement de président, les subventions versées à notre commune n’augmentent pas mais les promesses n’engagent que ceux qui veulent les entendre.


Tonino PANETTA, conseiller municipal, président du groupe UCA.